Communiqués de presse

Des chips de manioc succulentes et équitables

28 février 2012 

Les chips de manioc disponibles dans les Magasins du Monde sont une spécialité équitable. Suivies d’un bout à l’autre de la chaîne reliant les producteurs aux consommateurs, les chips de manioc provenant des cultures d’une petite coopérative de l’Est de Java sont transformées par l’organisation Mirasa, dans la région de Sukabumi en Indonésie. Elles sont valorisées directement sur place : le manioc est transformé et emballé à Sukabumi.

Le manioc est un arbuste qui appartient à la famille des Euphorbiacées. Il est originaire du Brésil et peut atteindre 3 mètres de haut. Le manioc est, dans le monde, l’un des six aliments de base les plus importants. Il est cultivé dans les zones tropicales humides. Les racines tubéreuses, qui sont principalement utilisées, peuvent mesurer un mètre de long et peser jusqu’à dix kilos.

La racine est constituée d’une fine écorce et d’un tubercule blanc charnu et comestible. Le manioc peut être récolté toute l’année, cependant il doit être traité immédiatement, sinon il se détériore rapidement. Par contre, non récolté, il peut être stocké dans le sol pendant presque 3 ans, et peut ainsi contribuer de manière significative à la sécurité alimentaire. Les chips de manioc de claro fair trade sont fabriquées à partir de racines de manioc cultivées par les agriculteurs d’une petite coopérative de l’Est de Java. C’est dans la région de Sukabumi, proche de la capitale Jakarta, que les employés de l’organisation Mirasa sont chargés de travailler ce tubercule. Après un contrôle minutieux au début du processus de traitement, les racines sont tranchées et frites. L’excès de graisse est éliminé et filtré selon un procédé spécial. La haute qualité des chips de Manioc est due au traitement soigné mis en place pour leur confection. Ce produit est disponible en 4 saveurs différentes : nature, saveur barbecue, inde et ail.

Quels sont les impacts du commerce équitable ?

Les agriculteurs reçoivent pour le manioc un prix juste, supérieur au prix du marché. Des alternances et associations de cultures de fruits et légumes permettent d’éviter la dépendance à une monoculture non écologique. Le salaire des 12 employés de l’usine de conditionnement Mirasa est plus élevé que le salaire minimum d’un employé de l’Etat. Grâce au soutien financier obtenu par l’intermédiaire du commerce équitable, les salariés bénéficient d’une meilleure formation, d’une amélioration des soins et peuvent d’obtenir des microcrédits pour des investissements privés.